Le REH n°39 de l'OMS du 28 septembre 2018 fait le point sur la circulation des poliovirus dans le monde [1].

 « L’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (IMEP) continue de progresser vers l’éradication de la maladie. »

 Notons qu'ici l'OMS parle de l'éradication de la maladie, ce qui signifie arrêt de la circulation de tous les poliovirus, qu'ils soient qualifiés de sauvages ou de dérivés de souches vaccinales. Or, si l'arrêt de la circulation des virus sauvages est envisageable à court terme, celle des poliovirus dérivés de souches vaccinales ne peut être envisagée à court et moyen terme car elle ne pourra être obtenue que par une protection suffisante des eaux consommées par les populations, ce qui paraît hors d'atteinte actuellement.

 

« En 2017, seuls 22 cas de poliomyélite, dus à un sérotype unique (PVS1), ont été notifiés par l’Afghanistan et le Pakistan, 2 des 3 pays où persiste une transmission endémique des poliovirus. Aucun cas de PVS n’a été détecté au Nigéria en 2017. »

 Ces données montrent qu'on peut envisager que dans quelques années l'OMS proclame officiellement l'éradication des 3 virus sauvages, comme elle l'a déjà fait en septembre 2015 pour le type 2. Il est alors très vraisemblable que partout cette annonce limitée sera reprise comme signifiant l'éradication de la polio, ce qui sera FAUX !

 

« Le dernier cas détecté de PVS2 autochtone date de 1999. Suite à la certification mondiale de l’éradication du PVS2 en 2015, la composante de type 2 a été retirée du vaccin antipoliomyélitique de manière synchronisée à l’échelle mondiale en mai 2016, le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO) trivalent (contenant les virus vaccinaux de types 1, 2 et 3) étant remplacé par le VPO bivalent (contenant uniquement les types 1 et 3). »

Ce fut une opération simultanée de très grande envergure pour les 145 pays utilisant le vaccin oral, de retirer le vaccin triple de tous les réfrigérateurs pour le remplacer par des vaccins bivalents. L'OMS espère ainsi que cela suffira pour arrêter la circulation du type 2 dérivé de souches vaccinales mais c'est plus que douteux. La preuve :

 

« Bien que cette transition mondiale se soit déroulée sans difficultés majeures dans la plupart des pays, la détection de poliovirus de type 2 dérivés d’une souche vaccinale (PVDV2, correspondant à des souches de poliovirus qui ont muté à partir du virus vaccinal et qui ont retrouvé leur neurovirulence en raison d’une circulation exceptionnellement longue parmi des populations faiblement immunisées) a nécessité la distribution de 126 millions de doses de VPO monovalent de type 2 (VPOm2) pour juguler des flambées dans 11 pays (Cameroun, Éthiopie, Kenya, Mozambique, Niger, Nigéria, Pakistan, République arabe syrienne, République démocratique du Congo, Somalie et Tchad).

 En 2018, il a fallu de nouveau recourir aux réserves mondiales de VPOm2 pour combattre des flambées en République démocratique du Congo, dans la Corne de l’Afrique (Éthiopie, Kenya et Somalie) et dans le nord du Nigéria. »

 Nous sommes obligés de constater qu'après avoir supprimé en mai 2016 le vaccin oral de type 2, il fut décidé en 2017 d'utiliser 126 millions de doses de vaccin oral de type 2 puis, en 2018, de recourir aux réserves mondiales .de ce vaccin de type 2 ...

 

« Depuis le retrait mondial du VPO contenant le virus de type 2 en 2016, toute détention de PV2 (PVS2, PVDV2 et VPO2) est soumise à des conditions strictes de confinement afin de limiter le risque de dissémination de poliovirus en provenance des établissements, ce qui conduirait à la survenue de maladies paralytiques et au rétablissement de la transmission. »

Voir aussi mes articles sur l'éradication mondiale du poliovirus sauvage de type 2

[2] http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2015/09/24/32675770.html

[3]  http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2015/09/08/32601211.html

 [1]  http://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/275001/WER9339.pd