EXPERIENCE en Israël : vaccination ou thérapie ?

 

Le Professeur Christian Perronne l'avait dit : les vaccins à ARN messager ne sont pas des vaccins mais des thérapies géniques, autrement dit des traitements. L'expérience vaccinale en Israël avec le seul vaccin Pfizer à ARMm semble bien le confirmer.

En effet si l'on disposait d'un traitement efficace contre les formes graves de covid* mais sans effets sur la transmission du virus, voire dont l'usage pourrait favoriser l'apparition de variants et donc la circulation de ces variants, on pourrait s'attendre à observer des formes de la maladie qui pourraient être moins graves mais plus nombreuses, en admettant toutefois que le traitement soit encore efficace sur les variants.

* L'Ivermectine paraît avoir cette capacité de traitement tout en étant très peu chère et peu nocive, beaucoup moins que les vaccins. Voir en fin d'article.

1- Voici des observations faites en Israël [0] :

«  L’analyse des données récoltées à l’occasion de la vaste campagne de vaccination contre le Covid-19 menée en Israël confirme l’efficacité du vaccin Pfizer/BioNTech en conditions réelles, selon les données du gouvernement[1]. Une étude d’envergure révèle également une baisse des décès liés à la maladie de 72% dans un délai de 14 à 20 jours après la première dose chez les personnes vaccinées, tout âge confondu ainsi qu'une efficacité équivalente à celle observée dans les essais après les deuxième dose[2]. »

2- On constate ainsi une baisse des hospitalisations :

« Pour le moment, la baisse des hospitalisations chez les plus âgés est l’effet le plus visible de la campagne de vaccination massive initiée en décembre dernier par le gouvernement israélien.

Selon les données collectées par le ministère de la santé, le taux d’hospitalisation chez les plus de 60 ans a chuté de 31% entre mi-janvier et début février 2021 [1]. Le taux d’infection par le SARS-CoV2 a, quant à lui, chuté de 41% dans cette population. Près de 90% des 60 ans et plus ont reçu les deux doses de vaccin. »

3- Conclusion provisoire :

«  La baisse des cas graves et de la mortalité est actuellement l’effet le plus flagrant de la vaccination »* a précisé le Pr Cyrille Cohen, directeur du laboratoire d’immunothérapie de l’université de Bar Ilan, en Israël, auprès de Medscape édition française. « On était, il y a un mois à 1 200 cas graves par jour. Depuis, la baisse est constante et nous sommes actuellement à 740 cas quotidiens. Pendant la même période, on est passé de 61 à 20 décès liés au Covid-19 par jour. »

*N'oublions pas cependant que Israël avait institué un confinement très strict pendant la période de vaccinations intenses.



MAIS, MAIS … [0]

« En dépit de ces résultats encourageants et d’un rythme soutenu de la vaccination, le retour rapide à la normale pourrait être compromis. L’Etat hébreu est en effet confronté à une  nouvelle hausse des infections qui pourrait obliger les autorités à ralentir le déconfinement. »


« Un R0 qui repart à la hausse

En Israël, alors que la moitié de la population a reçu au moins une dose du vaccin à ARN de Pfizer/BioNTech, la fin du confinement pourrait finalement être retardée. La raison? Un R0, le taux de reproduction du virus, qui repart à la hausse. « De 0,76 la semaine dernière, notre R0 devrait dépasser 1 ces prochains jours », a précisé  le Pr Cyrille Cohen, directeur du laboratoire d’immunothérapie de l’université de Bar Ilan, en Israël. »

 

Alors on espère …

 

« On espère que la vaccination continuera à protéger des cas graves et qu’il n’y aura pas de hausse des hospitalisations » après cette reprise épidémique, a ajouté l’immunologiste, également membre du conseil consultatif sur les essais cliniques des vaccins contre le Covid-19 au ministère de la Santé israélien.

On espère et il faut patienter ...

« Il faut maintenant patienter deux à trois semaines pour voir si cet effet protecteur sera conservé face à la hausse des cas. »

Les indicateurs permettent toutefois d’entrevoir le scénario à venir: « on s’attend à un niveau élevé de contamination, mais en gardant les hôpitaux désengorgés et en limitant la mortalité, puisque 80 à 90% de la population à risque est désormais vaccinée. »

 

En espérant que les vaccins restent efficaces contre les inévitables variants :

 

« Le variant britannique, qui se retrouve désormais dans 90% des infections par le SARS-CoV2 en Israël, favoriserait également la circulation du virus, notamment chez les plus jeunes. S’il est démontré que le vaccin est efficace contre ce variant, des préoccupations persistent avec les variants sud-africains, brésiliens ou encore new-yorkais. »

 

Pas de traitements contre la covid ? Vraiment !

 

Pas de traitements ou on n'en veut pas ? Après la saga de l'hydroxychloroquine, un autre traitement avec un médicament très ancien, très peu cher (c'est sans doute son principal défaut) et très peu nocif, l'Ivermectine utilisée contre la rage ainsi que contre la cécité des rivières en Afrique, pourrait être utilisé avec succès contre la covid. Vous trouverez tous les détails sur le site de l'AIMSIB dans cet article de Pascal Sacré, médecin réanimateur belge :

 

https://www.aimsib.org/2021/01/10/ivermectine-dans-la-covid-de-la-parole-aux-actes/

 

Ce médicament aurait de multiples avantages sur les vaccin, que ce soit par rapport aux effets secondaires, au coût ainsi qu'au risque de provoquer l'apparition de variants. Il est en effet étrange que le variant anglais soit apparu peu de temps après que les Anglais aient vacciné de façon concentrée dans le temps et l'espace avec un vaccin ARNm, qu'il en est été de même à Macaos au Brésil avec l'apparition du variant brésilien et de même encore avec cette vaccination au Cap et l'apparition du variant sud-africain sans parler du variant de New York.

AMM conditionnelle : en raison de la hâte dans laquelle les vaccins covid ont été réalisés et de l'absence d'études plus poussées, leur AMM est suspendue à l'absence de traitements efficaces contre la maladie. On comprend pourquoi il ne doit pas y avoir de traitement reconnu contre cette maladie.

 

OUI, UNE AUTRE REPONSE EST POSSIBLE

 

[0] Source Medscape

https://francais.medscape.com/voirarticle/3606941

 

https://francais.medscape.com/voirarticle/3606939?src=WNL_mdplsfeat_210305_mscpedit_fr&uac=251346AG&impID=3227196&faf=1



[1] Rossman H, Shilo S, Meir T, Patterns of Covid-19 pandemic dynamics following deployment of a broad national immunization program, medRxiv, publication en pré-print.

[2] Dagan N, Barda N, Kepten E, BNT162b2 mRNA Covid-19 vaccine in a nationwide mas vaccination setting, NEJM, publication en ligne du 24 février 2021.