Additif du 3 octobre 2018

https://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/raoult-comment-lutter-contre-la-rougeole-en-france-01-10-2018-2259200_445.php

Difficile de parler de la rougeole en France. Souvent, l'actualité se résume à un titre fracassant. En réalité, si on remet la rougeole dans une perspective un peu moins simpliste, plusieurs problèmes sont en cause (1). La couverture vaccinale contre la rougeole, contrairement à ce qui a pu être dit, est assez proche de l'objectif fixé par les recommandations, c'est-à-dire deux injections dans la petite enfance, ce qui était déjà le cas en 2017 pour 88 % des enfants français, selon le rapport de la Cour des comptes.

Toutefois, un nombre non négligeable de Français sont peu ou mal vaccinés...

La suite est réservée aux abonnés ....

Additif du 24 mars 2018

Vaccinée avec 2 doses elle fait une rougeole à 17 ans

Voir les détails en fin d'article.

Fin de l'additif

Madame la ministre, vous devriez vous occuper en priorité de la transmission des maladies dans les salles d'attente des hôpitaux dont vous avez la responsabilité !

La personne décédée de rougeole à Poitiers avait été contaminée aux urgences de l'hôpital où aucune précaution particulière n'avait été prise. De plus, elle souffrait d'une pathologie qui a favorisé son décès.

Extraits du témoignage de sa mère [1] :

"Il y avait des tas de gens malades, dont des enfants qui attendaient sur les fauteuils. Mais personne ne portait de masque. Personne ne nous a rien dit". Elle affirme que sa fille a "contracté la maladie aux urgences". 

 

Le CHU de Poitiers a de son côté réagi en estimant que la victime fait partie des cinq personnes qui "ont pu contracter la maladie au contact d’un autre patient au CHU de Poitiers lors de l’apparition des premiers cas". Si l'hôpital a annoncé avoir pris des mesures, comme le port du masque dans les zones à risque, au moment du passage de Jessica aux urgences, il n’en était rien selon la mère.  "Jessica souffrait d'obésité, elle ne sortait jamais, parce qu'elle n'osait pas. La seule fois où elle est sortie, c'est pour accompagner son père et moi au CHU de Poitiers. Il n'y a que là qu'elle a pu contracter la rougeole !", explique la mère qui assure que ce week-end-là, aucun message de prévention n'était mis en place pour prévenir le risque épidémique infectieux."

 

Le 14 février la ministre a ainsi répondu à la mère [6] :

 

"La mère de la victime, qui n'était pas vaccinée, affirme que sa fille a contracté la maladie à l'hôpital : "C'est ce que dit la maman. Aujourd'hui, je n'ai pas les éléments, évidemment, pour conclure. J'attends donc de savoir ce qui sera dit par le personnel de l'hôpital, puisque nous avons demandé, évidemment, des remontées", répond Agnès Buzyn."

 

Il semble pourtant que le CHU de Poitiers ait pratiquement reconnu l'origine de la contamination.

 

Oui, madame la ministre, le premier problème est là et il est de votre responsabilité. On retrouve la même problématique avec le témoignage diffusé sur ARTE à propos de cet enfant allemand qui avait contacté la rougeole à l'âge de 6 mois dans la salle d'attente d'un pédiatre. Plus tard il fera une panencéphalite rougeoleuse dont il décèdera. Voir mon article [2]

 

Les lieux médicaux concentrent des malades de diverses pathologies dont certains peuvent être contagieux. Quand j’étais jeune on nous disait que quand on était malade ainsi il fallait rester au lit et  c’était le médecin qui se déplaçait. Aujourd’hui les médecins ne veulent plus se déplacer et les contagieux vont dans les salles d’attentes avec de la fièvre et d’autres malades qui attendent et vont être contaminés alors qu’ils sont déjà malades d’autre choses. UNE CATASTROPHE sur laquelle le ministère devrait s’interroger de toute urgence.

 

L'effet de mesures de protection comme le port de masques pour tous dans les salles d'attentes des hôpitaux ET des médecins de ville (ou de campagne !) serait immédiat sur la propagation du virus alors que la vaccination ne peut avoir qu'un effet très différé. Espérons que la ministre le comprendra ... Elle attend les rémontées de l'hôpital ... On a le temps en effet !!!

 

On pourrait aussi rappeler les salles de sports fermées pour être transformées en centres de vaccinations ouverts en 2009 pour y faire tourner pendant des heures, entre des barrières, la population invitée à aller se faire vacciner contre le H1N1. Que ce soit dans ces centres ou dans les salles d'attente des médecins, les risques de contamination par de multiples pathogènes y étaient très élevés.

 

Il existe des milliers de pathogènes contre lesquels il est impossible de se protéger par des vaccinations. La première, la principale mesure est de tenter d'éviter leur transmission et d'abord en évitant le plus possible les concentrations de malades comme cela se produit dans les lieux médicaux.

 

 

Quand la ministre et autres experts affirment que contre la rougeole il n'y a pas d'autres solutions que la vaccination, c'est faux ! Le mauvais exemple de l'hôpital de Poitiers vient, une fois de plus, de le démontrer.

 

Voir aussi mon article "Comment se propage le virus de la grippe ?" où j'ai essayé de rapporter ce que l'on sait sur sa propagation et sur l'importance des mesures barrières  [3].

 

Il y a aussi l'importance de l'isolement dans la victoire sur la variole. j'ai écrit de nombreux articles à ce sujet. Par exemple le dernier  "La variole au secours des 11 obligations vaccinales !"  [4]

 

Ajoutons que cette femme est aussi victime du fait qu'elle n'a pas pu faire une rougeole à l'âge qui était habituel pour cela et ce en raison de la vaccination des autres ou plutôt de la décision irréfléchie de lancer précipitamment une campagne désordonnée de vaccination pour tenter d'éliminer mondialement la maladie et d'éradiquer le virus avec un vaccin qui n'a pas les propriétés requises pour cela.

 

Il y a là une très grande imprudence et une immense responsabilité de la part de ceux qui veulent diriger la santé mondiale.

 

Voir mon article sur les propriétés connues du  vaccin contre la rougeole

 

"L'impossible éradication de la rougeole" [5]

 

 

Sur le port du masque contre la rougeole dans les hôpitaux 

 

 

 

“Clinique Paris Nord

 

Mesures pour la prévention et la maîtrise de la diffusion de la rougeole dans les établissements de santé

 

 

 

 

Le cas est un patient :

 

Précautions complémentaires : isolement respiratoire en chambre individuelle porte fermée (contagiosité 24h avant le début des signes cliniques, et jusqu’à 5 jours après le début de l’éruption).
Mesures pour le personnel : Porter un masque FFP 1 ou 2 à l’entrée de la chambre. Le retirer en sortant de la chambre. Réaliser une friction hydroalcoolique au retrait du masque. Dédier du personnel immunisé. Eviction des soins au malade des personnels réceptifs.

 

 

 

Mesures pour le patient : Limiter les déplacements. Si déplacement, port du masque chirurgical.

 

 

 

Mesures pour les visites : à limiter. Porter un masque FFP 1 ou 2."

 

 

 

 

En 2017, 519 cas ont été déclarés, près du septuple de 2016 (79 cas), souligne l'agence sanitaire. Elle met en garde: "La France n'est pas à l'abri d'une nouvelle épidémie d'ampleur importante, comme celles observées dans plusieurs pays" européens comme l'Italie (près de 5.000 cas), l'Allemagne (plus de 900) ou la Roumanie (plus de 6.000).

 

Enfin, "le taux de vaccination en Nouvelle-Aquitaine n'est pas très différent de la moyenne nationale", renchérit M. Lévy-Bruhl. "Il n'y a pas de spécificité qui explique que l'épidémie touche cette région, donc si c'est arrivé là aujourd'hui, ça arrivera probablement ailleurs demain".

 

ROUGEOLE en CHINE

 

 

Prévention et contrôle des épidémies de rougeole chez les adultes: enseignements tirés d'une épidémie d'importation dans la province du Yunnan, Chine, 2015

 

Résumé publié janvier 2018, traduction Google

 

 

 

Contexte : L'incidence de la rougeole dans la province du Yunnan chez les enfants vaccinés a nettement diminué après avoir atteint et maintenu une forte couverture de 2 doses du vaccin antirougeoleux (VMC) par des services de vaccination de routine et des activités de vaccination supplémentaires (AVS). La plupart des cas de rougeole se produisent maintenant chez les adultes. En 2015, nous avons étudié une éclosion de rougeole chez les adultes afin de déterminer les schémas de transmission et le rôle potentiel de la transmission nosocomiale.

Méthodes : Nous avons amélioré la surveillance de la rougeole en utilisant la recherche de cas active rétrospective. Nous avons mené des enquêtes de cas pour déterminer les sources d'infection et les voies de transmission; les tests de laboratoire comprenaient des méthodes de diagnostic sérologique et moléculaire.

Résultats : Vingt-deux cas de rougeole associés à une éclosion ont été identifiés; la plupart (86,36%) concernaient des personnes de 20 à 39 ans (de 7 mois à 43 ans). Nous avons interviewé 19 personnes qui avaient contracté la rougeole. Les 3 premiers cas ont été infectés au Tibet; 12 (63%) étaient des infections nosocomiales; 2 (11%) ont été acquis dans la communauté; et 2 (11%) étaient des cas de contacts familiaux. Nous avons mené une immunisation contre la réponse aux éclosions (ORI) qui a fourni le vaccin MCV sans égard à l'état vaccinal; 10 596 résidents entre 20 et 40 ans ont été vaccinés. Une enquête sérologique menée pendant l'ORI a montré que 84% des 20-40 ans étaient immunisés contre la rougeole avant la vaccination. Les tests sérologiques post-vaccinaux ont montré que 100% étaient immunisés.

Conclusions : Malgré une forte immunité de la population chez les enfants et les adolescents, la transmission du virus de la rougeole importé est survenue chez les adultes d'une région transfrontalière provinciale. La transmission nosocomiale et les déficits d'immunité antirougeoleuse chez les adultes constituent une menace pour l'élimination de la rougeole et mettent en évidence la stratégie consistant à cibler les adultes pendant les infections opportunistes aiguës vers des flambées de transmission adulte-adulte."

Sur la rougeole en Chine voir aussi :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4007128/

"Between 2005 and October 2013, 596 391 measles cases and 368 measles-related deaths were reported in China. Annual incidence, in cases per 100 000 population, decreased from 9.95 in 2008 to 0.46 in 2012 but then rose to more than 1.96 in 2013. The number of provinces that reported an annual incidence of less than one case per million population increased from one in 2009 to 15 in 2012 but fell back to one in 2013. Median case age decreased from 83 months in 2005 to 14 months in 2012 and 11 months in January to October 2013. Between 2008 and 2012, the incidence of measles in all age groups, including those not targeted for vaccination, decreased by at least 93.6%. However, resurgence started in late 2012 and continued into 2013. Of the cases reported in January to October 2013, 40% were aged 8 months to 6 years."

 

 

Bulletin InfoVac n°2 de février 2018 (extraits) : des médecins posent des questions aux experts qui doivent tenter de gérer la situation générer par les décisions prises sans tenir compte des propriétés réelles des virus et des vaccins :

 

En raison des nombreux cas de rougeole en France, que doit-on faire pour les personnes nées avant 1980 ne sachant ni si elles ont eu la maladie ni si elles ont été vaccinées ?

 

En population générale, la vaccination contre la rougeole n'est pas nécessaire et donc non recommandée car les études séro-épidémiologiques montrent que plus de 98 % de ces sujets possèdent des anticorps (Lien 6). De plus, très peu de personnes de plus de 40 ans ont été touchées dans les épidémies récentes. A titre individuel, notamment en cas de contage, une vaccination peut être proposée : pour une protection optimale, 2 doses sont nécessaires, les adultes ne répondant pas mieux que les enfants.

 

Du fait des épidémies de rougeole, faut-il avancer l'âge de la première dose de ROR à 9 mois ?

 

Non, pas en population générale, tant que les autorités de santé nationales ou régionales ne le décident pas. L'avancement de l'âge n'est pas sans inconvénient : les taux d'anticorps sont plus faibles et même si la deuxième dose est réalisée après 15 mois, 2% des patients supplémentaires ne sont pas protégés. En revanche, en cas de contage ou d'épidémie dans une collectivité de jeunes enfants, la première dose de ROR doit être administrée dès l'âge de 6 mois, d'autant plus que le Rouvax® n'est plus disponible.

Bien sûr, chacun comprend que la rougeole protège infiniment mieux que le vaccin !!!  La suite des évènements n'aura pas fini de nous l'expliquer au fil des années ....

 

Extraits de l'ouvrage de Didier Raoult*  "La vérité sur les vaccins " page 175 (Chez Michel Lafon) :
“(le vaccin contre) la rougeole : oui, mais ...

 

La nécessité du vaccin paraît évidente. mais notre stratégie vaccinale contre la rougeole est mauvaise. La ministre de la santé a annoncé vouloir porter la couverture de 75% à 95%, alors que le vrai problème tient surtout à la durée de la protection vaccinale. En effet nous nous sommes rendus compte qu’elle était bien plus faible que celle que procure l’infection naturelle. Une stratégie intelligente, pour chacun d’entre-nous, serait donc de consulter un médecin dix ans après avoir reçu le vaccin, afin de nous assurer que nous avons encore dans notre organisme les anticorps contre la maladie.

 

Et cette vérification me semble indispensable à actualiser pour les adultes qui travaillent auprès de personnes malades ou de jeunes enfants, de manière à leur éviter de jouer malgré eux le rôle de vecteur.“
“Au regard des seuls chiffres de la mortalité, il n’y aurait pas de raison de considérer encore ce vaccin comme obligatoire ...”
* Didier Raoult dirige à Marseille le plus grand centre français de traitement des maladies infectieuses. Il est le microbiologiste le plus cité dans le monde.
Recommandations pour le personnel hospitalier :

 

Recrudescence de la rougeole : Personnel des HUS, protégez-vous

Dès la suspicion d'un diagnostic de rougeole, portez un appareil de protection respiratoire de type FFP2.

Vous êtes protégé contre la rougeole :

* Si votre sérologie rougeole est positive
*si vous avez 2 vaccins ROR

ATTENTION : la notion d'antécédent de la maladie dans l'enfance n'est pas une garantie suffisante

Voilà le message de la semaine que tout le personnel voit en 1ère page dès qu'il se connecte à son pc

On constate ainsi cette énormité : avoir eu 2 doses de ROR protège quel que soit le délai depuis ces 2 doses !!! C'est, une fois de plus, la vaccination administrative qui s'impose et impose ses règles qui font bien rire les virus ! On est toujours au pays des Shadocks ...qui eux s'inquiètent de perdre leur suprématie mondiale qui avait fait leur succès !!!

 Voici un commentaire que j'avais fait il y a plus de 10 ans et qui est toujours d'actualité :


"Je fais faire le vaccin parce qu’il est obligatoire, que ce soit vrai ou faux, sera toujours un échec pour notre santé publique. L’objectif à atteindre pour elle : amener la population à accepter une vaccination en raison de son utilité médicale et épidémiologique avec des arguments justes car la Confiance est le bien le plus précieux et elle ne peut être durable que dans la Vérité.

Notre système médical ne sait pas se faire accepter et ne trouve pas d’autres solutions pour accroître la CV du ROR que de chercher à faire croire qu’il est obligatoire. Au Québec où il n’existe aucune vaccination obligatoire et où le consentement doit être obtenu avant toute vaccination ils ne peuvent utiliser ce moyen et pourtant ils obtiennent des CV plus élevées qu’en France. Alors ? Ils ont appris à se faire accepter alors que nos obligations vaccinales sont une solution de facilité dispensant de tout effort.

                                      Suggestion : remplacer CV=couverture vaccinale par Confiance et Vérité"

 

"Le virus de la rougeole est un virus qui n’aime pas la chaleur, (il meurt après trente minutes passées au-dessus de 60 degrés), et qui est détruit par l’alcool à 70%. Mais, comme il est transmis lors d’une simple conversation, en cas de toux ou d’éternuement, il est possible de l’attraper assez facilement au contact d’une personne infectée, fait que l'on ignorele plus souvent puisque l’éruption sur la peau survient au moins 10 jours après que le malade soit contagieux."

 

A Comparer à "contagiosité 24h avant le début des signes cliniques, et jusqu’à 5 jours après le début de l’éruption" vu plus haut.

 

Sur la rougeole il y a aussi l'excellent article du docteure Claudina Michal-Teitelbaum sur le blog du Docteur du 16 "Est-il souhaitable d'éliminer la rougeole en France ?"

 

http://docteurdu16.blogspot.fr/search?q=rougeole&x=0&y=0

 

Il y a aussi mon article de 2010 sur les données françaises sur les cas de rougeole

 

http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2010/10/31/19475364.html

 

Additif du 24 mars 2018

 

Vaccinée avec 2 doses elle fait une rougeole à 17 ans !

 

France 3 Nouvelle Aquitaine

 

Par Marie-Ange Cristofari   Publié le 16/03/2018 à 16:01

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/deux-sevres/rougeole-jeune-fille-vaccinee-declare-maladie-1441753.html

 

« Une lycéenne de Bressuire a été diagnostiquée positive à la rougeole alors qu'elle aurait été correctement vaccinée dans son enfance. Cela arrive dans 5% des cas. »

 

Rapporté par Mouvement Justice et Respect pour l'Enfant

 

https://mouvement-jre.com/vaccinee-et-atteinte-de-rougeole/

 

« Un nouveau cas de rougeole est avéré dans le Poitou, cette fois dans les Deux-Sèvres. Une élève du lycée Maurice Genevoix de Bressuire est touchée par la maladie. Cette adolescente de 17 ans, a pourtant été vaccinée pendant son enfance. Elle se confie sur France Bleu Poitou.

 

En pleine épidémie de rougeole, un nouveau cas est avéré dans le Poitou, cette fois dans les Deux-Sèvres. Il touche une élève du lycée Maurice Genevoix de Bressuire, scolarisée en Terminale L.

 



 

 Cette adolescente de 17 ans est absente de l’établissement mardi, après une consultation chez le médecin : « J’avais une éruption cutanée… ça évoluait sur tout le corps. Le médecin a juste eu à voir ma peau pour constater que c’était la rougeole« .

 



 

Depuis mardi, elle est confinée chez elle et doit porter un masque.  Les médecins lui demandent de ne voir personne avant lundi 19 mars.

 

Vaccinée avec les deux doses

 

Ce qui étonne cette élève et ses proches, c’est qu’elle a bien été vaccinée : elle a reçu les deux doses du vaccin ROR pendant son enfance en 2004  et 2006. « Quand j’ai appris que j’avais la rougeole, j’ai été surprise… et un peu inquiète. C’est impressionnant. »

Voir aussi France Bleu Poitou 

https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/info-france-bleu-poitou-une-lyceenne-de-bressuire-atteinte-de-la-rougeole-1521121148

 

 

 

 

[1] https://www.lci.fr/sante/cas-mortel-de-rougeole-la-mere-affirme-que-sa-fille-a-contracte-la-maladie-aux-urgences-

2078730.html

 

[2]  http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2018/01/31/36100553.html

 

[3]  http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2015/10/14/32774465.html

 

[4]  http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2017/12/28/35996585.html

 

[5]  http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2017/10/03/35732843.html

 

[6]  https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/rougeole-la-ministre-de-la-sante-demande-aux-personnes-non-vaccinees-de-faire-un-rattrapage_2610018.html