Incroyable mais vrai !

Aujourd'hui 10 décembre 2015 le LEEM (Les entreprises du médicament), tenait une conférence de presse :

Type: Conférence de presse

Date et horaire: Le 10/12/2015 09:30

Lieu: 8 Rue Jean Goujon 75008 PARIS

Annoncée sur le site du LEEM, elle débute ainsi [1] :

 

 VACCINS : 4 DEFIS A RELEVER

Conférence de presse

Plus que jamais d’actualité compte tenu de l’émergence de nouvelles pathologies infectieuses et du retour en force de virus plus anciens (coqueluche, rougeole, méningite, poliomyélite, variole…) le vaccin, le plus grand progrès en terme de vies sauvées, doit relever aujourd’hui 4 grands défis

 

De quoi en rester sans voix … D'autant plus que ce sont des spécialistes du vaccin qui parlent !!!

 

Sur la variole et sa vaccination il y a énormément à dire. J'ai écrit un article récapitulatif  [2] auquel je renvoie le lecteur intéressé  avec un poster [3] que j'avais présenté au congrès Sfsp de santé publique à Bordeaux les 17-19 octobre 2013 et qui résume le récapitulatif. J'ai aussi réalisé une série de vidéos sur la vaccination antivariolique avec les liens [4].

 On peut dire que le LEEM n'en est pas à son coup d'essai dans le genre, ainsi, dans un article de Libération du 17/04/2014 Serge Montero président du LEEM déclare [5] :

 

« En 1802, quatre ans après l’introduction du premier vaccin (contre la variole) par Edward Jenner, les premiers mouvements anti-vaccin propageaient la rumeur selon laquelle toute personne à qui on inoculait le vaccin pouvait se transformer en vache ! A l’époque, l’éventualité de se métamorphoser en ruminant ne pesait pas lourd face à la menace de la maladie.»

 

 C'est dire si les antivaccins de l'époque étaient stupides !!! Sans doute le sont-ils toujours autant aujourd'hui ...

 

Pourtant des critiques tout à fait fondées et très graves furent formulées contre le vaccin ou plutôt contre un usage très dangereux qui en était fait et qui se poursuivra jusqu'à l'éradication de la variole incluse. Il s'agit de ce que j'appelle ''l'effet Buchwald'' : la superposition à quelques jours près de la vaccination et de la contamination sauvage va exacerber le virus de la variole, que ce soit en primo-vaccinations avec une variole plus grave que celle qui serait apparue sans cette vaccination inopportune, où chez des personnes précédemment immunisées par une ancienne vaccination ou la variole elle-même et qui vont faire la maladie qu'ils auraient évitée sans cette nouvelle vaccination. N'oublions pas que le virus vaccinal dit de la vaccine avait conservé la capacité de se répliquer (d'où la fameuse pustule vaccinale laissant une trace pratiquement indélébile).

 

La première partie de cette hypothèse a été démontrée vraie par Earl qui expérimenta sur des singes en 2008 [6]. La seconde partie est très fortement suggérée par de nombreux faits observés sur le terrain, en particulier au cours de la campagne d'éradication [7].

 

Le médecin Gerhard Buchwald avait formulé son hypothèse d'une façon très affirmative (comme le font souvent les médecins ...) à la télévision allemande le 2 février 1970, en pleine épidémie de variole consécutive à une importation à Meschede (20 cas).

 

Mais, dès 1870, voire avant, cette hypothèse était la rumeur publique comme l'attestent les rapports d'experts de l'époque. J'en ai fait une compilation [8] dont j'extrais ceci, parmi d'autres :

 

Le rapport Delpech (22 juillet 1870) :

 « On avait tort,sans contredit, de demander à la vaccine de mieux protéger de la variole que la variole elle-même, que l'on voit assez fréquemment encore, et tout particulièrement en ce moment, se reproduire une seconde fois chez ceux qui en ont été atteints une première. Dans le nombre immense des individus vaccinés, les exceptions sont devenues peu à peu plus fréquentes, et l'on a vu même de graves épidémies se manifester. »

 Le rapport parle alors très explicitement de la vaccination des vrais contacts :

 « cette singulière opinion que, dans les temps d'épidémie, la vaccine développe la variole . »

 

« Cette opinion a été corroborée à tort dans leur esprit par le fait d'individus vaccinés ou revaccinés alors qu'ils avaient déjà contracté la variole dont l'incubation dure douze jours et chez lesquels, comme cela arrive constamment, la maladie ne s'en développait pas moins à son heure régulière. »

 Le rapport affirme donc ici que cette vaccination pratiquée dans ces conditions ne se montrait pas protectrice.

 « On peut affirmer sans hésiter que la crainte de voir la variole se communiquer par la vaccine ou sous son influence n'a aucune raison d'être et ne peut être sérieusement défendue. »

 

« le Conseil de salubrité a l'honneur de soumettre les conclusions suivantes :

 

Les reproches faits à la vaccine sont injustes de tout point.

 

Elle n'a perdu d'aucune façon sa puissance de préservation de la variole.

 

La vaccine ne favorise en aucune façon le développement de la variole.

 

Le seul moyen de mettre fin aux épidémies de cette maladie est au contraire,

de pratiquer le plus grand nombre possible

de vaccinations et de revaccinations pendant leur durée ».

 « Pendant les épidémies graves il faut revacciner en masse. »

  « Il y aurait lieu d'examiner dans quelle mesure la législation pourrait intervenir pour imposer la vaccine.

 On ne saurait trop recommander aux familles dans lesquelles il s'est développé un cas de variole,

de faire revacciner sans exception toutes les personnes placées dans le voisinage du malade. »

 

Nous constatons donc que la revaccination systématique de tous les contacts, y compris les anciens varioleux, était très explicitement recommandée et son obligation vivement souhaitée. Or vacciner "à chaud" était très certainement la dernière des choses à faire.

 Par un autre expert, le docteur Jules Bouteiller en 1872 :

 « Si la vaccine préservait de la variole il n'y aurait que des petites épidémies puisque seraient seules frappées les personnes non vaccinées. Loin de là, l'épidémie de variole de 1870-1871 a frappé indistinctement (je dis indistinctement) les vaccinés et les non vaccinés

 

« De toutes parts j'ai reçu cet avis très significatif contre la valeur actuelle de la vaccine.»

 

Pour aussitôt poursuivre ainsi (notez la cohérence !!!)

 « Pour prévenir la formation d'épidémies semblables à celles qui ont désolé la France à des intervalles très courts il y a un moyen infaillible; ce moyen c'est la vaccine.

Ici se place un scrupule.

 En vaccinant ou revaccinant certaines personnes pendant le cours d'une épidémie dans le foyer de laquelle elles se trouvent*, de les exposer par cela même à contracter la maladie.

 Je crois** que cette crainte est chimérique. Si la variole vient à se déclarer pendant l'incubation du vaccin s'est plutôt à l'influence épidémique qu'à la perturbation apportée par le vaccin qu'il faut attribuer le fait.

 En tout cas ni la vaccination ni la revaccination ne sauraient aggraver l'état de l'individu soumis à la double influence du vaccin et de l'épidémie. »

* On peut aussi remarquer le style de l'époque !

** Notez aussi "Je crois..." On pourrait souhaiter d'autres arguments pour une pratique aux conséquences aussi redoutables pour les populations.

 

Ainsi parlent les experts …

 Que la population puisse souffrir gravement de leurs erreurs, peu leur importe, la machine infernale de la vaccination doit poursuivre sa route...

 

IMPLACABLEMENT

 

Mais jusqu'à quand ?

Jusqu'à ce que nous prenions conscience

 

ANNEXE

Parmi les dogmes du LEEM [9] (partagés avec d'autres …)

 

« Lorsqu’un vaccin contre une maladie infectieuse est mis en circulation et que les taux de couverture vaccinale augmentent, le nombre de personnes touchées par la maladie diminue. à l’inverse, lorsque la couverture vaccinale diminue, on assiste à une réapparition de la maladie »

« Le vaccin contre la variole a permis d’éradiquer cette maladie de la planète à la fin des années 70, dix ans après le lancement de la campagne mondiale de vaccination par l’OMS.

L’OMS et la fondation Gates, l’alliance GAVI… espèrent aboutir bientôt au même résultat avec la poliomyélite, qui a déjà totalement disparu d’Europe de l’Ouest et du continent américain. »

 

Pour ce qui sera de la soi-disant éradication de la polio, voir par exemple, après beaucoup d'autres articles, mon dernier article sur "L'éradication mondiale du poliovirus de type 2" [10].

 

[1] http://www.leem.org/atelier-presse-vaccins-4-defis-relever

[2] Récapitulatif http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2013/10/16/28149160.html

[3] Poster http://p0.storage.canalblog.com/02/21/310209/90757466.pdf

[4] Vidéos http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2013/04/04/26834641.html

[5] http://www.liberation.fr/evenements-libe/2014/04/17/vaccination-et-rumeur-faire-face_994564

[6] Mon article sur l'expérimentation animale : http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2012/01/03/23148650.html

[7] Variole explosive en Inde

http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2012/02/03/23430717.html

[8] http://p5.storage.canalblog.com/56/75/310209/68965169.pdf

 [9] http://www.leem.org/sites/default/files/VACCINATION.pdf

[10] http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2015/09/24/32675770.html