Oui, l'OMS a osé !!!

La Commission mondiale pour la Certification de l’Éradication de la Polio

a déclaré, le 20 septembre 2015,

que le virus polio sauvage de type 2 avait été éradiqué de la planète [1].

(Ce lien est régulièrement réactualisé et donne des informations changeantes. Il montrait une photo du groupe d'experts ayant pris la décision)


"20 September, Bali – In an important step towards a polio-free world, the Global Commission for the Certification of Poliomyelitis Eradication (GCC) today concluded that wild poliovirus type 2 (WPV2) has been eradicated worldwide. The GCC reached its conclusion after reviewing formal documentation submitted by Member States, global poliovirus laboratory network and surveillance systems.  The last detected WPV2 dates to 1999, from Aligarh, northern India."

Septembre 20, Bali - Par une étape importante vers un monde exempt de poliomyélite, la Commission mondiale pour la Certification de l'Eradication de la Poliomyélite (CCG) a conclu aujourd'hui que poliovirus sauvage de type 2 (WPV2) a été éradiquée dans le monde. Le CCG est arrivé à cette conclusion après avoir examiné les documents officiels soumis par les États membres, par le réseau mondial des laboratoires sur le poliovirus et par les systèmes de surveillance. La dernière détection d'un WPV2  date de 1999, en provenance  de Aligarh dans le nord de l'Inde.



Pourtant, presque simultanément, le 7 septembre 2015, l'OMS annonçait qu'un cas de paralysie par un virus polio dérivé d'une souche vaccinale de type 2 était apparu au Mali [2] (voir aussi mon article [3]) :

Bamako, le 7 Septembre  2015 - 

« Un cas de poliovirus circulant de type 2 dérivé du vaccin (PVDV2) a été confirmé au Mali. Le pays est en état d'alerte après que les autorités de Bamako, la capitale et la plus grande ville du pays, ont détecté un cas dont la date de paralysie remonte au 20 Juillet 2015. 

Le virus détecté est génétiquement lié à une souche  de PVDV2 confirmée ... qui depuis plus de 2 ans circule à travers les frontières internationales sans détection. »

J'ai trouvé un  article OMS (en français) datant du 7 juillet 2012 qui explique très bien la problématique [4].

Extraits :

« En 2000, la campagne d’éradication de la poliomyélite semblait approcher de sa fin. L’année précédente, le monde avait réussi à se débarrasser du poliovirus sauvage de type 2, tandis que les poliovirus de type 1 et 3 étaient limités à quelques centaines de cas. Mais, à la surprise des experts, le virus s’est alors comporté d’une manière inattendue.

Quelque part sur l’île d’Hispaniola dans les Caraïbes, un enfant a été frappé de paralysie, celle-ci étant causée par le poliovirus vivant qui est utilisé pour fabriquer le vaccin. Ces cas de paralysie poliomyélitique associée au vaccin étaient connus depuis des années, mais étaient – et restent encore – extrêmement rares. Le plus inquiétant dans ce cas tenait au fait que le virus dérivé du vaccin s’était propagé de la même façon qu’un virus sauvage, et était à l’origine d’une flambée.

Vingt et un enfants en République dominicaine et en Haïti – les deux pays constituant l’île d’Hispaniola – ont été paralysés et deux d’entre eux sont décédés avant que la flambée ne puisse être enrayée par des campagnes de vaccination de masse. L’épisode a révélé une nouvelle possibilité alarmante: le vaccin de choix dans la plupart des pays, le vaccin antipoliomyélitique oral trivalent, pouvait lui même conduire à de nouvelles flambées de poliomyélite.

 

Pour les responsables de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le puzzle de l’éradication est soudainement devenu beaucoup plus complexe.

«Nous avons pris conscience que nous devions non seulement éradiquer le poliovirus sauvage, mais aussi le virus dérivé du vaccin», déclare Bruce Aylward, Sous-Directeur général du Groupe Poliomyélite

 

«Nous étions donc confrontés à cet énorme nouveau problème et nous devions trouver une solution radicalement nouvelle. Cela a été un sacré défi», déclare le Dr Aylward.

Depuis lors, le Dr Aylward et ses collègues ont mis au point cette «nouvelle solution»: un plan pour éradiquer le poliovirus sauvage dans le monde et passer à la phase finale, la période post-éradication, qui permettra de parvenir à un monde exempt de toute paralysie due à la poliomyélite, qu’il s’agisse d’une poliomyélite due à un poliovirus sauvage ou à un poliovirus dérivé d’une souche vaccinale.

 

Si l’on y parvient, la poliomyélite sera la deuxième maladie infectieuse à avoir été éliminée après l’éradication de la variole dans les années 1970. »

Additif du 28/01/2016

Site OMS 21 décembre 2015  - http://who.int/csr/don/21-december-2015-polio-myanmar/fr/

 

Poliovirus circulant dérivé d’une souche vaccinale – Myanmar

Le point focal national RSI pour le Myanmar a notifié à l’OMS deux cas d’infection par un poliovirus circulant dérivé d’une souche vaccinale de type 2 (PVDVc2).

 

Les PVDVc (Polio Virus Dérivés Vaccins circulants) sont devenus l’ennemi publique n°1 au même titre que les poliovirus sauvages :

 

 “En novembre 2015, suivant l’avis du Comité d’urgence réuni au titre du Règlement sanitaire international (2005), le Directeur général de l’OMS a étendu l’application des recommandations temporaires pour limiter la propagation internationale de poliovirus à partir de pays touchés par des PVDVc (auparavant ces recommandations se limitaient aux pays où sévissaient des poliovirus sauvages), dans le cadre de l’urgence de santé publique de portée internationale (USPPI).
Pour appliquer ces recommandations temporaires dans le cadre de l’USPPI, tout pays affecté par un PVDVc doit déclarer la flambée comme étant une urgence de santé publique de portée nationale et envisager la vaccination de tous les voyageurs internationaux.”

Nouvel additif du 16 février 2016

Le REH du 12 février 2016 fait le point sur des flambées de poliovirus circulants dérivés de souches vaccinales dans 5 pays en 2014-2015, dont 2 par le virus de type 2.

Extraits :

« En Guinée, un enfant de la province de Kankan a manifesté des symptômes le 20 juillet 2015. Il s’est rendu à Bamako (Mali) où un PVDVc2 présentant 25 différences nucléotidiques avec la souche vaccinale Sabin de type 2 a été isolé à partir d’un échantillon de selles reçu le 4 septembre 2015. Génétiquement, il était lié à un cas de PVDVc2 survenu en Guinée, avec apparition de la paralysie en août 2014. Les journées locales de vaccination (JLV) ont commencé en Guinée le 16 septembre 2015. Le Mali a depuis organisé des JLV et des journées nationales de vaccination (JNV). Il convient de noter que la plupart des échantillons de selles provenant de patients atteints de paralysie flasque aiguë qui ont été collectés pendant le pic de l’épidémie de maladie à virus Ebola en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone n’ont pas été analysés. L’analyse des échantillons en provenance de Guinée a repris au laboratoire de référence régional pour la poliomyélite, situé au Sénégal, et 3 autres PVDVc2 ont ensuite été identifiés, la paralysie remontant pour le dernier cas au 2 octobre 2015.

 

Au Myanmar, un PVDVc2 présentant 15 différences nucléotidiques avec la souche vaccinale Sabin de type 2 a été isolé à partir d’un échantillon provenant d’un enfant chez qui les symptômes sont apparus le 5 octobre 2015 dans la province de Rakhine. Ce cas est lié génétiquement au cas de PVDVc2 survenu dans la même province, avec apparition des symptômes le 16 avril 2015. Les AVS ont commencé le 11 novembre 2015. 

Pour faire face aux autres manifestations de PVDVa (a comme ambiguë) de type 2 survenues au Nigeria, au Pakistan, en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud, des activités de riposte vaccinale ont eu lieu et se poursuivent: des PVDVc ont aussi été signalés au Nigeria et au Pakistan au cours du premier semestre de 2015. »

Notons aussi cette très intéressante et documentée publication du réseau international des Instituts Pasteur : "éradication de la poliomyélite et émergence de poliovirus pathogènes dérivés du vaccin"

https://www.medecinesciences.org/fr/articles/medsci/pdf/2013/11/medsci20132911p1034.pdf

Fin des additifs

 

Si on y parvient … Mais ce n'est pas fait, même pour les virus de type 2 comme l'additif le confirme. C'est pourquoi l'affirmation de cette éradication, même si elle est formellement exacte et en conformité avec les définitions (dont les virus se moquent ...), constitue quand même une tromperie en terme de communication car chacun va croire que la polio de type 2 a été éradiquée. Cette décision permet de penser que lorsqu'il en ira de même avec les poliovirus sauvages de type 1 et 3, ce qui pourrait se produire d'ici quelques années, l'OMS n'hésitera pas, en faisant proclamer par l'Assemblée mondiale de la santé (AMM) qui regroupe tous les États membres, l'éradication mondiale des virus polio sauvages de tous types, à accréditer l'affirmation qui sera partout reprise et comprise ainsi, que la polio aura été éradiquée alors que les virus dérivées des 3 souches vaccinales continueront de circuler en pouvant provoquer des paralysies identiques à celles des virus sauvages.

 

Mais quel était le plan du Dr Aylward et de ses collègues pour éradiquer les poliovirus dérivés de souches vaccinales ?

 

«  c’est là que le vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) intervient. Administré par injection, celui-ci fournit une protection contre les trois types de poliovirus mais, à la différence du vaccin oral, il ne peut pas causer de poliomyélite dérivée du vaccin parce que le virus utilisé dans sa fabrication est un virus mort.

À la différence du vaccin oral toutefois, le VPI n’induit pas l’immunité intestinale qui est nécessaire pour arrêter la transmission. En conséquence, un enfant qui reçoit uniquement le VPI ne contractera pas la poliomyélite, mais pourrait excréter le virus perpétuant ainsi sa circulation. C’est pourquoi la combinaison alliant à la fois le vaccin oral bivalent et le VPI est désormais nécessaire. »

 

Génial !!!

Sauf que … la mise en circulation du virus vaccinal oral se produit à la première ingestion, quand l'immunité intestinale attendue du vaccin oral ne peut encore être établie. Même si le vaccin injectable a été réalisé auparavant, il n'y changera rien. Il pourra seulement éviter une polio directe provoquée par le virus comme cela se produit parfois, mais c'est tout.

 

Par construction, ce plan ne pouvait et ne pourra qu'échouer, on peut tout de suite le comprendre :

 

Ce plan ne peut rien changer  à la mise en circulation

des virus vaccinaux

 

De toute évidence, l'OMS a abandonné son projet d'éradication mondiale de la poliomyélite qui signifiait non seulement l'éradication des poliovirus sauvages mais aussi des poliovirus dérivés de souches vaccinales et permettait, comme annoncé en 1988, la suppression de la vaccination contre la polio. Cette suppression des moyens de lutte fait partie de la définition d'une éradication réussie comme cela fut fait pour la variole.

D'ailleurs en 1988, quand elle avait présenté son projet, l'OMS avait fait miroiter aux États que cette suppression permettrait de très importantes économies qui pourraient être réinvesties dans d'autres programmes de santé.

 

La raison de ce changement d'objectif est très simple : l'OMS a pris conscience qu'il sera impossible, au moins à moyen terme, d'éradiquer les poliovirus dérivés de souches vaccinales car cela ne peut s'obtenir que par une maitrise suffisante de l'eau. On le sait depuis longtemps, je l'ai souvent dit sur ce blog, et un tel objectif n'est pas réaliste actuellement au niveau mondial.

 

Les poliovirus ne circulent plus en France. On peut affirmer que ce résultat n'a pu être obtenu par le vaccin injectable qui peut seulement éviter des paralysies mais doit regarder passer les virus polio qui traversent l'intestin. Le vaccin oral, qui fut très peu utilisé en France*, peut certes créer une immunité intestinale, mais pas à la première ingestion qui laisse ressortir les virus vaccins par les selles.

* (1965 et années suivantes ; on se vaccinait soi-même sur un sucre)

 

D'où leur circulation si la maitrise de l'eau n'est pas suffisante.

 

C'est très clair :

 

la maitrise de l'eau (assainissement ...) a supprimé en France

la circulation des virus polio, sauvages ou vaccinaux

 

Si une personne arrivait en France en étant porteuse de virus polio virulents, qu'ils soient sauvages ou d'origine vaccinale, ils ne sortiraient pas vivants de nos systèmes de traitement de l'eau. Ce n'est pas la vaccination contre la polio qui nous protège de cette maladie mais l'ensemble des mesures prises en faveur de la protection de l'eau.

Voir aussi "Le Plan stratégique pour l'éradication  de la poliomyélite et la phase finale 2013-2018" [5] résumé page 1 :

"Le 26 mai 2012  ... considérant les connaissances croissantes sur les poliovirus circulants dérivés de souches vaccinales (PVDVc)*, susceptibles de provoquer des flambées de poliomyélite paralytique, et l’augmentation du risque qui leur est associé, l’Assemblée mondiale de la Santé a prié le Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé d’élaborer et de finaliser une stratégie globale pour la phase finale de la lutte."

* (PVDVc  ;  c comme circulant).

"Le Plan prévoit de s’atteler simultanément à l’éradication du poliovirus sauvage et à l’élimination du PVDVc, tout en utilisant les infrastructures de lutte antipoliomyélitique pour fournir d’autres services de santé en faveur des enfants les plus vulnérables au monde"

Vous noterez  les termes employés : élimination des poliovirus circulants dérivés de souches vaccinale. Elimination et non éradication, ce qui n'est pas du tout la même chose ! L'OMS a donc très explicitement abandonné le projet pourtant affiché dans la publication de 2012 citée ci-dessus d'éradication de ces poliovirus pour se contenter d'en limiter les effets les plus graves par l'utilisation systématique du vaccin injectable partout dans le monde malgré son cout élevé. Elle qui voulait faire réaliser des économies en éradiquant la polio ...

C'est très clair :

l'OMS a abandonné son projet d'éradiquer la polio !

Tout en se préparant

à annoncer l'éradication des poliovirus sauvages

pour laisser les médias proclamer l'éradication ... de la polio !!!

 

ce qui pourrait se faire vers 2020. 

A Genève ils sableront le champagne pour saluer la belle réussite :

 poursuivre indéfiniment ou instaurer la vaccination injectable de toute la planète contre la polio ...

On voulait faire des économies !

 

Une question

L'OMS demande 3 ans sans découvrir un virus pour le déclarer éradiqué. Le virus sauvage de type 2 n'a pas été vu depuis octobre 1999. Elle aurait donc pu le déclarer éradiqué dès 2003. Pourquoi a-t-elle attendu septembre 2015 pour le faire ? Elle attendait très certainement beaucoup mieux pour faire une annonce groupée avec les 3 types de virus. Mais le succès se fait attendre, le zèle des généreux donateurs et des bénévoles dévoués commence à s'émousser, les Etats concernés commencent à s'impatienter, alors il fallait donner un signal pour relancer les uns, faire patienter les autres. "Oui, nous sommes près du but, encore un effort... et nous ne verrons plus d'enfants paralysés par la polio ..." Sauf que les virus dérivés de souches vaccinales continueront de circuler et resteront en embuscade pendant encore longtemps. L'OMS le sait alors ...

La décision de procéder à cette annonce fut, sans aucun doute, une décision politique dont la date était choisie depuis longtemps. Le hasard a voulu que, 13 jours avant, l'OMS soit contrainte d'annoncer qu'un virus de type 2 dérivé de souches vaccinales circulait au Mali en provoquant des paralysies ... Cela ne fait que préfigurer ce que sera l'avenir. Inutile d'être devin !

 

Voici quelques extraits significatifs du plan qui suit cette annonce d'éradication du virus sauvage de type 2 :

 1- l'introduction du vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) dans tous les programmes de vaccination de routine pour maintenir les niveaux d'immunité au type 2 poliomyélitique

2- assurer une capacité globale de riposte, y compris à travers un stock mondial de VPO monovalent de type 2 (mOPV2), afin de permettre une réponse rapide contre tout type 2 de poliovirus dérivés du vaccin et qui apparaitraient après l'éradication ;

Et ça continue. Site OMS 12 octobre 2015 :

http://who.int/csr/don/12-october-2015-polio/fr/ 

 

 

Poliovirus circulant dérivé d’une souche vaccinale – République démocratique populaire lao

 

Bulletin d’information sur les flambées épidémiques 
12 octobre 2015

 

Le 8 octobre 2015, le point focal national RSI (2005) pour la République démocratique populaire lao a notifié à l’OMS un cas confirmé d’infection par un poliovirus circulant de type 1 dérivé d’une souche vaccinale.

 

Informations détaillées sur le cas

 

En République démocratique populaire lao, un cas d’infection par un poliovirus circulant de type 1 dérivé d’une souche vaccinale (PVDVc1) a été confirmé, avec apparition de la paralysie le 7 septembre. Le patient avait 8 ans lorsqu’il est mort le 11 septembre.

 

Le séquençage génétique du virus a confirmé le 6 octobre qu’il dérivait d’une souche vaccinale et semble indiquer qu’il a circulé dans la région pendant plus de deux ans.

Les pays, territoires ou zones doivent également maintenir une couverture uniformément élevée de la vaccination systématique au niveau des districts pour réduire le plus possible les conséquences de toute nouvelle introduction du virus.

Pour réduire les conséquences de l'introduction du virus et non pour l'empêcher de s'introduire, ce qui est la définition même de l'éradication...Preuve supplémentaire que l'OMS ne songe plus à éradiquer la polio même si elle le dit (dans le même article) :

Pour en finir définitivement avec la poliomyélite, il faut éliminer les poliovirus sauvages et ceux qui dérivent de souches vaccinales et, en raison du risque des PVDVc, l’utilisation du VPO doit être stoppée pour garantir un monde sans poliomyélite sur le long terme.

Oui il faudra stopper l'usage du VPO mais cela ne suffira pas ...

Additif du 25 novembre 2015

Le REH du 20 novembre 2015 dresse un bilan des progrès vers l'éradication au Pakistan et en Afghanistan.

"la présence de PVS1 dans des échantillons environnementaux, même dans des zones où aucun cas de poliomyélite n’est détecté, souligne la nécessité d’améliorer la surveillance de la paralysie flasque aiguë (PFA)."

"Cependant, une détection persistante de PVS1 dans des échantillons environnementaux, l’apparition d’un cas le 11 septembre dans le Pendjab, de l’isolement du virus PVDVc chez 2 cas de PFA dans les FATA (zones tribales sous administration fédérale) et la KP (Province de Khyber Pakhtunkhwa) ainsi que dans des échantillons environnementaux à Karachi et Quetta indiquent des lacunes en matière d’immunité et que le poliovirus circule dans de larges zones géographiques du Pakistan."

Rien n'est encore joué pour l'interruption de la circulation des poliovirus dans ces régions, condition indispensable à l'éradication.

Par ailleurs, au congrès Sfsp à Tours les 4-6 novembre 2015 j'ai entendu des représentants de l'Algérie dire que la polio avait été éradiquée en Algérie car on n'y voyait plus de paralysies poliomyélitiques. Mais aussi qu'ils utilisaient toujours le VPO, le vaccin oral. Or il faudra bien que l'Algérie renonce au VPO pour utiliser le vaccin injectable VPI. Cette transition indispensable comme le souligne l'OMS, non seulement n'est pas faite mais n'est pas même envisagée. Rien n'est encore joué ...

Voici un extrait d'un document de l'InVS (2013) (aujourd'hui Santé Publique France) sur les virus polio détectés en France.Tous sont d'origine vaccinale et donc importés, le vaccin oral à virus vivants n'étant pas utilisé en France :

"Contexte français

 

En France, le dernier cas de poliomyélite autochtone remonte à 1989 et le dernier cas importé en 1995, tous deux concernant des adultes. Le dernier isolement de poliovirus sauvage chez un sujet n’ayant pas voyagé récemment remonte aussi à 1989. Une extrême vigilance reste toutefois nécessaire, en vérifiant et en mettant à jour le statut vaccinal de toute personne se rendant dans un  pays où circulent des PVS. De plus, le risque d’une possible réintroduction de poliovirus en France n’est pas exclu, en raison de la persistance de foyers épidémiques dans le monde. Si la couverture vaccinale vis-à-vis de la poliomyélite est très élevée dans les tranches d’âge les plus jeunes (entre 99 % à 2 ans et 90 % à 15 ans), elle reste sub-optimale chez l’adulte (66 % en moyenne). Les résultats d’une enquête de séroprévalence réalisée en 1998 en population générale, avaient montré une proportion de sujets âgés séronégatifs proche de 20 %, plus marquée pour le sérotype 3.

 

L’identification la plus précoce possible de la réintroduction éventuelle d’un PVS sur le territoire français est aujourd’hui assurée par la surveillance renforcée des entérovirus chez l’homme et dans l’environnement, en complément de la déclaration obligatoire des cas de poliomyélite (Plan d’action de la Commission nationale de certification de l’élimination de la poliomyélite). Depuis 2000, la surveillance en clinique humaine a permis d’identifier, en l’absence de signes d’appel cliniques, 11 poliovirus vaccinaux (3 de type 1, 5 de type 2 et 3 de type 3) ainsi qu’un VDPV 2, sans reprise de virulence, tous importés. Aucun PVS n’a été identifié.

 

Dans l’environnement, au cours de ces 13 dernières années, des poliovirus vaccinaux de type 2 ont été détectés à 5 reprises (2000, 2003, 2004, 2006 et 2007) et de type 1 à 2 reprises (2001 et 2009). Le dernier isolement d’un PVS remonte à 1996, il s’agissait d’un sérotype 3."

 

Fin additif

 


 

[1] http://polioeradication.org/

[2] http://www.afro.who.int/fr/mali/press-materials/item/7986-epidemie-de-poliomyelite-confirmee-au-mali.html

[3] http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2015/09/08/32601211.html

[4] http://www.who.int/bulletin/volumes/90/7/12-020712/fr/

[5]  http://www.polioeradication.org/Portals/0/Document/Resources/StrategyWork/PEESP_fr_A4.pdf