Oui, entre 13h30 et 14h, sur Europe1 le Grand débat annoncé par Marisol Touraine a débuté et devrait durer tout l'automne comme le disait le présentateur. En cette période estivale ce ne peut être que les prémisses mais des préliminaires qui pourraient être indicatifs sur la teneur du fameux Débat National sur la vaccination. Il est présenté ainsi sur le site [1] d'Europe 1 :



Débat : Pour ou contre la vaccination obligatoire ?

Marc Gentilini, professeur émérite des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Pitié-Salpêtrière, président honoraire de la Croix Rouge

Marc Vercourtere, docteur en médecine, président d’Alis (Association Liberté Information Santé)

 

Marc Gentilini refusera d'aborder la question première et quand même assez fondamentale : peut-on contraindre les familles à accepter l'hexavalent pour satisfaire à l'obligation du DTP sous prétexte que ce dernier n'est plus disponible ? Pour lui c'est LE VACCIN qui importe pour lutter contre les maladies et qu'il s'agit donc de promouvoir. Le message est clair et il n'est pas le premier à le relayer par cette attitude : il s'agit effectivement de faire accepter l'hexavalent aux familles.

Il va certainement commettre une très grosse erreur de communication en traitant son interlocuteur de minable sous prétexte qu'il ne représente qu'un petit nombre de personnes … Peu importe la qualité et la valeur des arguments présentés, si vous n'avez pas derrière vous une armée d'hommes avec des fourches vos arguments ne valent rien. Cela me rappelle la réaction de Staline quand un conseiller lui apprend que le Pape venait de condamner son action : « Le Pape ? Combien de divisions ? »

Cette attitude du professeur, par ailleurs président de la Croix Rouge, va provoquer le commentaire suivant sur le site d'Europe 1 :

espiegle - le 18/08/2015 à 15h05

#

Le professeur Marc Gentelini qui a sans doute raison sur le fond est apparu comme un personnage odieux et méprisant qui ne supporte aucune contradiction. Sans doute un grand professeur mais un pauvre homme !

 

Le fait que ce commentaire donne ''sans doute raison sur le fond'' à Gentilini montre qu'il ne s'agit certainement pas d'un antivaccinaliste excité. Son appréciation n'en a que plus de valeur et de force. Les mêmes réactions avaient suivi la déclaration d'un autre professeur sur France Culture quand il avait qualifié de dégénérés les personnes qui refusent la vaccination. Ces professeurs en blouse blanche qui étalent ainsi leur arrogance révèlent l'ambiance délétère qu'ils veulent faire régner autour de la vaccination. Voir plus loin le débat sur France Culture.

Pour ma part, j'ai posté ce commentaire :

 BernardGue - le 18/08/2015 à 15h57

#

Pour la polio on confond trop souvent la maladie, les paralysies, avec son éradication qui est l'interruption de la circulation des virus polio, ce qui n'est pas du tout la même chose ! Le vaccin injectable peut éviter des paralysies mais ne peut empêcher les virus polio de circuler. C'est pourquoi on utilise le vaccin oral à virus vivant dans les campagnes d'éradication. Les virus vaccinaux suivent les mêmes voies que les aliments : une partie vers la circulation sanguine pour créer une immunité humorale comme l'injectable, MAIS avec le risque de déclencher parfois des paralysies. L'autre voie par le gros intestin. Il peut alors créer une immunité intestinale qui bloquera les futurs virus polio qui passeraient par là. MAIS pas à la première vaccination ! Aussi, le virus sort avec les selles et peut circuler dans l'environnement. Il est parfaitement reconnu que pour éradiquer la polio il faudra supprimer le vaccin oral qui contribue à entretenir la circulation de virus polio d'origine vaccinale, certes atténués mais qui peuvent redevenir virulents en se recombinant avec d'autres entérovirus. Il est aussi reconnu qu'ils ont les mêmes capacités de circulation que les virus sauvages. Les virus polio de toute nature ne circulent plus en France par exemple. Une chose est certaine : ce ne sont ni le vaccin injectable ni l'oral qui ont pu obtenir ce résultat. C'est le contrôle de l'eau consommée par les populations, en particulier l'assainissement. http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2011/05/23/21207453.html


 

J'ajoute ici à ce commentaire que le contrôle de l'eau consommée par les populations permet de les protéger d'une foule d'agents infectieux alors que la vaccination ne peut le faire, au mieux, que contre 3 virus.

 

 

Le débat sur France Culture (6 mars 2015) [2] :

Faut-il en finir avec l'obligation de se faire vacciner?

06.03.2015 – 14:00

Invité(s) :
Patrick Zylberman, membre de la Commission spécialisée des maladies transmissibles du Haut Conseil de la santé publique; professeur d’histoire de la santé à l’Ecole des hautes études en santé publique, et meme du Centre Virchow-Villermé (Paris-Descates et Berlin-La Charité).
Alain Goudeau, directeur de la bactério-viro du CHU de Tours

Jean-Yves Nau, journaliste à Slate.fr et docteur en médecine, auteur du blog « Journalisme et santé publique »
Didier Torny, sociologue, directeur de recherches à l'INRA .



Extraits des commentaires (légèrement arrangés) :

« un peu plus d'objectivité ne nuirait pas: après les arguments partisans on voudrait des informations scientifiques concernant les vaccins »

 

« Vos invités déplorent une attitude idéologique de certaines personnes contre les vaccins, avec un discours assez méprisant sur toute opinion qui ne rentre pas dans le discours académique pro-vaccin. Ce n'est pas comme ça que l'on va convaincre les gens et simplement faire avancer le débats. »

 

« On voudrait bien ne pas se croire sur une radio commerciale à l'écoute de propagandistes au service d'une idéologie pro-vaccination. Les termes "dégénérés" et autres propos insultants ne font pas une argumentation intéressante et rendent plus méfiants encore à leur égard le quidam indifférent ou sans parti-pris à priori »

 

«  je trouve l'émission de ce jour a minima très décevante voire proprement scandaleuse , choquante !!! En tant que scientifique, je trouve ce discours qui se dit scientifique bien piètre. Le parti pris de l'émission jusque dans son vocabulaire est inadmissible, »

 

«Je m'étonne que vous appeliez votre émission une émission de débat. Merci pour votre impartialité! Quand j'entends 2 pro-vaccins qui dénigrent et jugent des gens qui ne pensent pas comme eux je trouve ça très dommageable. »

 

« J’ai toujours du mal à écouter des personnes du corps médical asséner leurs certitudes comme panacée universelle et percevoir un mépris parfois insultant pour ceux qui ne vont pas dans leur sens ... désolée, mais ça sent un peu la dictature). »

« un titre qui laissait présager beaucoup de choses intéressantes mais au final comme souvent une émission décevante. »

 

« Je suis heureuse d'avoir trouvé sur mon chemin des médecins, généralistes ou spécialistes, ouverts, bien-traitants et très éloignés de ce genre de charlatans scientistes qui se répandent sur les ondes et me font beaucoup penser aux médecins raillés par Molière en son temps. »

 

« Encore une fois déçue, comme c'est le cas de la plupart des émissions traitant (???) de santé sur les ondes zofficielles. Déçue de la partialité des intervenants, tous issus de notre belle université ! »

 

« j'ai entendu des paroles consternantes de mépris et de suffisance par les idéologues de la vaccination. Le doute n'est-il pas une vertu première des scientifiques? »

 

« quelle arrogance, quel mépris ... »

 

« Je suis rassurée par ces réactions. Je me suis dit, à l'écoute de cette émission (suis-je bien sur France culture?), dont le titre est en effet totalement trompeur, que je ne laisserai pas passer de tels propos. »

 

« Avec de tels intervenants, comment fait-on quand on cherche seulement à comprendre ? 

Dans mon cas, pourquoi mon bébé de 7 mois a poussé des cris déchirants pendant 3 jours et 3 nuits, avec forte fièvre, l'après-midi de sa 2e vaccination (DTcoq+polio). Pourquoi le médecin a identifié un "syndrome des cris aigus" , signe d'une inflammation encéphalique, sans en référer à la pharmacovigilance. Pourquoi notre bébé en plein santé est devenu un poupon de chiffon inerte. On nous a dit qu'il serait lourdement handicapé, »

 

Que voilà de saines réactions !

 

[1] http://www.europe1.fr/emissions/europe-1-midi/europe-midi-votre-journal-anthonin-andre-180815-2503437

[2]

http://www.franceculture.fr/emission-science-publique-faut-il-en-finir-avec-l-obligation-de-se-faire-vacciner-2015-03-06