Communiqué de Presse du 1er décembre 2014

 

Les associations REVAHB, qui regroupe depuis 1997 les victimes d'effets indésirables survenus dans les suites d'une vaccination contre l'hépatite B, et E3M qui regroupe les personnes atteintes de myofasciite à macrophage, maladie neuromusculaire induite par les sels d’aluminium utilisés comme adjuvants vaccinaux, s’associent pour porter à votre connaissance la publication scientifique (en version française) du Dr Dominique LE HOUEZEC [1], parue le 14 novembre 2014 dans Immunologic Research, revue à comité de lecture [2] :


Evolution de la sclérose en plaques en France depuis le début de la vaccination contre l’hépatite B

Cette étude originale reprend, avec un recul de 20 années, les données chiffrées officielles concernant l'évolution de la sclérose en plaque en France. Elle suggère fortement un lien entre l’augmentation de cette affection et la campagne intensive de vaccination contre l'hépatite B menée dans notre pays dans les années 90 (environ 20 millions de personnes vaccinées sur un court laps de 4 années). Cette « expérimentation involontaire réalisée à grande échelle », portant sur le tiers de la population française, éclaire ce qui est parfois qualifié de problème franco-français.
Les conclusions du Dr LE HOUEZEC doivent inciter les autorités sanitaires à reconsidérer leur position sur les conséquences de la vaccination contre l’hépatite B :


« Les données chiffrées disponibles en France montrent donc un signal statistique certain en faveur d'un lien de causalité entre l’événement vaccin anti-HB et l'apparition de SEP, avec une corrélation maximale dans les deux années suivant la vaccination ».


Cette nouvelle étude vient enrichir les connaissances sur les effets indésirables induits par certains vaccins. Elle s’ajoute à plusieurs informations scientifiques diffusées en 2014 :


- Le 22 mai, lors du colloque organisé par l’OPECST [3] à l'Assemblée Nationale, le Pr BELEC (hôpital Européen Georges Pompidou) a confirmé les travaux du LEE (USA) :

« Entre 200 et 400 fragments d’ADN résiduels par ampoule de Gardasil. Ce n’est pas normal. Quelle est la signification ? Je ne sais pas. (…) Il faut absolument continuer les recherches sur ce sujet. Les interactions entre des résidus ADN et l’hydroxyphosphate d’aluminium, ce n’est de toute façon pas normal ».

 

- Le 3 juin, des chercheurs portugais publiaient leurs travaux sous le titre

« Myofasciite à macrophages et vaccination: Conséquence ou coïncidence? » [4].

Leur conclusion après avoir étudié une cohorte portugaise de 16 cas :

« Sur la base des données accumulées, cette affection à médiation immunitaire peut être déclenchée par l'exposition aux vaccins contenant de l'aluminium chez des patients avec antécédents génétiques spécifiques. »


Ces données scientifiques justifient amplement nos demandes exprimées depuis des années auprès des pouvoirs publics :


- La recherche doit bénéficier au plus vite de moyens financiers à la hauteur des enjeux. Ces recherches doivent être menées en toute indépendance et en toute transparence, de façon à ce que soit appréhendé au plus vite le processus de survenue de ces pathologies (scléroses en plaques et scléroses latérales amyotrophiques post-vaccinales, myofasciite à macrophages, encéphalomyélite aigüe disséminée …).


- Dans l’attente du résultat de ces recherches, le principe de précaution doit s’appliquer :


1-  des vaccins de base sans aluminium doivent être mis à disposition de la population ;


2-  aucune décision de généralisation concernant un vaccin avec aluminium ne doit être prise ;

3- l’injection de tout vaccin comportant un sel d’aluminium doit faire l'objet d'une étude attentive des antécédents familiaux et personnels du patient, et se faire dans des conditions parfaites de traçabilité.


Nous pensons aussi à toutes ces victimes, qui ont suivi les conseils des autorités sanitaires et dont la vie a été bouleversée ou qui en sont aussi parfois décédées. Une juste reconnaissance doit leur être accordée. Et lorsque nous parlons de reconnaissance, il s’agit tout à la fois de redonner de la dignité à ces personnes souvent écrasées par l’histoire de leur maladie, de leur faciliter un accès sans entrave à des soins appropriés et gratuits, de compenser les lourdes pertes financières subies au long de ces années.

Contacts :

REVAHB   http://www.revahb.fr/

E3M  – www.myofasciite.fr

 

[1] L’un des médecins conseils du REVAHB


[2] Version française ci-jointe - La version originale de cette publication est en libre accès, disponible sur le site du journal Immunologic Research (http://link.springer.com/article/10.1007%2Fs12026-014-8574-4), sous le titre de "Evolution of multiple sclerosis in France since the beginning of hepatitis B vaccination".


[3] Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques


[4] http://myofasciite.fr/Contenu/Divers/20140603_Santiago_MFM_Portugal_FR.pdf